Les formatrices

Les 3 formatrices SISTA ont été formées par Garance – association d’auto-défense féministe à Bruxelles œuvrant depuis 2000 à la prévention des violences. Le cursu de formation était sous la direction d’Irène Zeilinger, sociologue du genre et auteure de l’ouvrage « Non c’est Non« .

Les formatrices SISTA se permettent néanmoins parfois de combiner les enseignements appris dans ce cadre là, avec des techniques d’autres méthodes d’autodéfense féministe, d’éducation populaire, ou encore avec différents outils glanés de part leurs pratiques martiales, de la danse ou tout simplement de la vie en collectif.

Nyno (Langlois Chevrier) formatrice d’autodéfense féministe
Initialement formée en STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives), Nyno s’est ensuite orientée vers un DEJEPS basé des méthodes d’éducation populaire. Mêlant dans ses projets, politique et création,  elle fait partie de la Cie des Oubliettes et joue dans le duo « Rapports Contés des Ratés qu’on Porte » (théâtre et poésie dénonciatrice sur les violences faites aux femmes). Elle est l’auteure de «Et Après», une brochure sur la question du viol. 
À travers des axes plus techniques de l’événementiel (notamment montage de chapiteau, sonorisation/régie, son) elle s’attache à faire exister des espaces safe pour les femmes et les minorités dans ces environnements plutôt masculins.

Elle anime des ateliers de prévention contre les violences sexistes depuis 2014 et est formatrice d’autodéfense féministe depuis 2017. Son mode de vie itinérant lui permet d’animer des stages d’auto-défense sur un territoire large (en France) avec une zone de prédilection entre Drôme et Montpellier/Cévennes.

Mémé (Mélanie Doyon) formatrice d’autodéfense féministe
Mémé pratique différentes techniques manuelles énergétiques depuis 2013. Elle anime des stages de chi-kung et des ateliers d’autodéfense féministe. Elle est l’élève de Sophie Robert (réflexologie, massages), de Yuko Kaseki (danse Butoh), de Laurent Boucher (martial, shiatsu) et bien sûr d’Irène Zeilinger (Garance). Elle met sans cesse le corps et la dimension spatiale aux premiers plans de la pratique féministe. 

Elle a cofondé l’association SISTA en juin 2017 au pied du Vercors, et anime des ateliers depuis 2017. Elle se forme depuis 2020 à adapter les stages pour les filles et ados.

Joe (Joséphine Dassonville) formatrice en autodéfense féministe
Diplômée en sociologie et éducatrice en milieu médico-social, Joe est installée depuis plusieurs années en Aveyron. Elle se penche avec un collectif de femmes sur les questions et les réflexions autour des violences faites aux femmes et aux enfants, notamment celles qui sont propres aux régions rurales. Les femmes vivant à la campagne ne sont pas épargnées par les violences sexistes et il lui tient à cœur d’amener l’autodéfense féministe vers toutes celles qui en ont besoin.

En 2019, elle rejoint l’association SISTA  qui développe des ateliers d’autodéfense comme outils de prévention globale. Sa participation est axée sur les partenariats avec les différentes structures locales en Aveyron travaillant auprès des femmes victimes de violences.

Les formatrices SISTA collaborent fréquemment avec d’autres formatrices/ d’autres associations d’autodéfense féministe et privilégient la co-animation dès que cela est possible.

Cécile Rodriguez co-fondatrice de l’association

Cécile est psychologue. Elle est la représentante des administratrices de SISTA.

Jade Fiess co-fondatrice de l’association

Jade est journaliste de formation. Elle est trésorière de SISTA.

          Flore Maugirard

Flore travaille actuellement au Planning famillial de Nice. Elle est vice-présidente de SISTA.

On remercie Minouche, Marion-Martine, Sylvie d’Amour, Flore, Véronique, Jny, Elodie, Jeanne Fox, Jiji, Céline B, et toutes les anonymes
qui contribuent à faire vivre SISTA dans la durée d’une manière ou d’une autre 🙂
MERCI les sistas !!!